[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

[Brik a Brak] n°19

Il était une fois quelques découvertes et pensées jetées au gré du web :

  • [Sochol] La nouvelle tendance pour lutter contre le stress et l’infobésité : la slow communication à découvrir chez 20 Minutes.fr.
  • [Nutek] Je me suis posé une question un peu étrange récemment. SFR m’envoie une information par SMS chaque jour, c’est l’alerte actualité quotidienne. Un message court qui m’apprend tour à tour la disparition de quelqu’un (Aimé Césaire, Paul Newman, Youcef Chahine ou Guillaume Depardieu), qui m’annonce les Nobels (Montagnier / Barré Sinoussi et Le Clésio), ou qui me donne des informations plus ou moins dispensables (de la perte de 600 millions d’Euros de l’Ecureuil à la confirmation de la grossesse de la Maîtresse Sigillographe). Mais qui est donc rédacteur en chef chez SFR ? Qui décide de ce qui, parmi toutes les dépêches du jour qui tombe, sera LA nouvelle ? Je n’ai trouvé l’information nulle part mais serai ravi de connaitre la réponse.
  • [Imedjiz] Le prochain film de Larry Charles (Borat) présenté par Bill Maher a l’air diablement prometteur et s’appelle Religulous.
  • [Midia] L’émission qui fait fortement débat, c’est Les Infiltrés sur France 2. Certes, c’est moche de faire semblant et d’usurper une identité et ça semble en scandaliser certains particulièrement comme Jean-Michel Apathie qui repousse avec force le principe à l’aide d’arguments inégaux sur sa plateforme d’expression web. Mais les propositions de Daniel Schneidermann ne valent pas beaucoup mieux dans la posture inverse sur Libération : filmer en caméra cachée et flouter permet de reconnaître bien souvent les lieux et les gens, et rendre la parole a posteriori à celui qui a été pris la main dans le pot de confiture tend à l’avilir parce qu’il se trouve dans la justification fautive. La pirouette sur la caméra cachée chez Pujadas ressemble à un coup bas de gamin jusqu’au-boutiste. S’interdire cet outil qui met en lumière de façon crue certaines réalités me semble aussi stupide que de le systématiser.
  • [Politix] Je ne sais pas comment ça leur est venu ni pourquoi ça leur a pris, mais electionday2008 a décidé de me suivre sur Twitter. Aussitôt, BarackObama a suivi, tout comme votebama. Avec une machinerie aussi bien huilée, pas étonnant que le candidat ait été déclaré marketeur de l’année par AdAge.
  • [Boulchit] Une cigarette électronique qui fait quand même de la fumée et qui simule le point incandescent, oui, ça existe aussi : e-smoke.
  • [Hitek] Thomas Hugues fait une belle démonstration d’utilisation de la table tactile (Microsoft ?) dans son excellent émission Médias – le magazine sur France 5. Chaque lancement de sujet constitue l’occasion d’un zoom vertical sur les frôlements de l’animateur. Peut-être suis-je de mauvais esprit, mais en quoi cela sert-il l’émission ? Et surtout, la graphie du bouton "Réagissez sur le forum" ne fait-elle pas furieusement penser au logo MSN ?
  • [Saoundz] Au départ ça ressemble à un clip normal, et puis quand Marie Myrtille entonne le refrain ça pique horriblement les oreilles : faisez-moi l’amour que je voye l’avenir. L’indice est glissé dans la chanson, qui n’est autre qu’une opération de sensibilisation à la conjugaison.
  • [Toudoto] Dominique Strauss-Kahn est soupçonné de népotisme / discrimination au FMI qu’il dirige, l’enquête menée actuellement doit déterminer si son aventure extra-conjugale l’a poussé à des traitements particuliers envers une subordonnée. Avec un certain courage, Anne Sainclair prend les devants et s’exprime sur son blog personnel, "façon Hillary dans la tempête Monica" comme le dit l’AFP. Il faut remarquer qu’il n’y a aucun commentaire à l’heure actuelle, mais il serait très compréhensible que l’épouse de l’intéressé souhaite justement ne pas les valider. La conversation, oui, mais pas pour tout.
  • [Costik] Le magazine qui choisit le meilleur du web, Vendredi, a un format inhabituellement haut, à l’image des sites et blogs kilométriques. Je n’apprécie pas beaucoup pour le confort de lecture. Les éventuels passants ou passagers installés à moins de 2m de moi non plus…

Le mouton à cinq pattes et demie

Posted in ! - Boulchit, € - Ykonomix, Ш - Sochol by [ Enikao ] on 19 octobre 2008

Je me suis rendu compte que je suis un client pénible. Très pénible même, du genre récalcitrant qui ne veut pas des formules pourtant éprouvées, qui ne se satisfait pas des package proposés et qui la plupart du temps réclame des choses impossibles, ou pas prévues, voire hors champ. Pire, ayant étudié le marketing, je connais un peu l’autre côté de la frontière et je me dis que je suis le type de client jamais satisfait, en particulier dans la personnalisation, et que l’on aura du mal à (re)conquérir.

Par exemple je souhaite renouveler mon téléphone mobile, mais les appareils proposés par mon opérateur ne me satisfont quasiment jamais. Pire, ceux qui me plaisent sont souvent des appareils dont la concurrence a l’exclusivité, ou qui ne sont pas compatibles avec les services que je souhaite utiliser comme l’usage d’internet en mobilité. Changer d’opérateur ? Les offres et options sont choisies par dépit, et il est impossible de comparer réellement les offres sauf à demander à un détective de suivre précisément chacun de mes usages et d’employer un Cray pour voir quel forfait me conviendrait le mieux

Même pour le choix du terminal téléphonique, entre le clavier, les fonctions multimédia, l’OS, la prise jack, l’usage tactile et tout un tas d’autres critères, mes envies sont si complexes que la plupart du temps, une fois mes demandes enregistrées dans le moteur de recherche, il ne me reste aucun choix disponible sur les sites de comparatifs.

Un exemple plus directement lié à ce blog : mon premier choix de thème WordPress était la simplicité et le tout -textuel. Finalement, j’ai pris le temps de m’intéresser aux CSS (custom style sheet : mise en forme automatique du blog) pour personnaliser un peu en choisissant les couleurs, les polices… Et puis, avec le recul, j’ai cherché d’autres formes de présentation, notamment l’affichage en trois colonnes me plaisait bien. WordPress, qui a tout prévu, offre même une sorte de moteur de recherche de mise en page préconçue. Et bin sur les 7 propositions en 3 colonnes, il n’y en a aucun qui me convient, parce que les catégories sont en bas du billet et non en haut, parce que l’affichage central était trop étroit… Bref, toujours pas chaussure à mon pied.

Pour les vêtements, je cherche toujours le modèle sans la poche stupide et inutile là, ou avec des boutons mais moins moches, ou sans le liseré impromptu, ou dans une autre couleur, voire (véridique, en particulier pour un jean) pas élimé ("vous avez le même mais neuf ?" = yeux de mérou au départ d’un 400m haies garanti). J’exaspère le vendeur qui ne comprend pas le terrible dégoût que j’affiche en entendant que "non ça n’existe pas". Et je sais qu’il ne comprend pas mon indocilité. Il me le fait sentir. Oui, vous le vendez à d’autres, oui c’est un hit mais ça n’est pas ce que je veux.

Et quand je lui fais remarquer que le rayon homme se partage un court étage avec le rayon enfant, contre un étage et demi pour les vêtements féminins, on me rétorque que c’est parce que les hommes n’achètent pas. Et s’ils n’achetaient pas parce que l’offre est insuffisante et/ou insatisfaisante ?

"Le client est roi" : voilà une phrase à reléguer aux oubliettes. Faux, et plus encore dans les magasins de chaîne ou vendant des produits de marques où l’offre est standardisée. Le client doit acheter ce qu’on lui présente, et il est absurde que le choix présenté ne le satisfasse pas. Il m’est arrivé de faire les boutiques spécialisées pour m’entendre au final dire "si vous n’avez pas trouvé chez Truc, Bidule et Machin, alors ça n’existe pas". Au bord de la crise de sociopathie, je dois fuir quelque temps la proximité des objets dangereux pour ne pas mettre en danger la vie des commerçants.

J’exagère ? Je chipote ? Mais imaginez la frustration que cela peut engendrer pour les pénibles de mon espèce ? On aimerait bien consommer comme tout le monde sauf qu’on le fait à reculons. Il n’y a pas de satisfaction d’un besoin, donc pas de satisfaction… tout court. Seulement de la résignation amère. Difficile de créer de l’affectif entre une marque et moi quand la relation naît sous le triste signe de la soupe à la grimace. Et quand la marque véhicule une image forte, il reste une trace indélébile presque personnelle, comme une trahison amoureuse, une aventure extra-conjugale qui ne sera jamais vraiment oubliée. Marque, tu m’as trahi en me faisant saliver de tes prochains produits et en me décevant.

L’économie de la longue traîne devait permettre à tout un chacun de s’y retrouver car les micro-niches et l’ultra-personnalisé peuvent devenir rentable par effet d’ouverture de l’offre à une masse critique suffisante. Et bien même là il m’est arrivé d’être déçu fréquemment : certes on peut personnaliser de façon poussée, mais j’ai trop souvent pesté contre un coloris indisponible, une fonction absente, une texture pas exactement comme je la voudrai… C’est très embêtant pour le e-commerce qui se trouve privé d’une de ses qualités putatives.

On m’a promis que désormais j’allais pouvoir accéder au mouton à cinq pattes, mais si je veux le mouton à cinq pattes et demie ?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.