[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

Engagez-vous, rengagez-vous qu’ils disaient…

Posted in # - Imedjiz, § - Midia, Δ - Nuz by [ Enikao ] on 4 septembre 2008

On a beau préparer une campagne de publicité bien comme il faut, avec des messages clairs et bien réfléchis même sur un sujet difficile, personne n’est à l’abri d’un hiatus, en particulier quand un événement vient tout mettre à plat et même donner une couleur particulièrement cynique à la campagne.

Il y a quelques années, l’Administration Pénitentiaire avait préparé un spot publicitaire pour le recrutement de gardiens de prison, en lui donnant une dimension humaine sans cacher les difficultés. Assez subtilement amené. La voici :

Hélas, une spectaculaire évasion quelques jours plus tard avait rendu le spot totalement obsolète, il a été retiré de la diffusion le jour même et n’a fait qu’une timide apparition des mois plus tard. Gâchis financier, image dégradée.

Aujourd’hui, c’est une affiche vue dans le métro qui fait du tort à l’armée française après la tragique ambuscade en Afghanistan qui a fait 10 morts et 21 blessés. La voici, avec le graffiti évident qui l’accompagne :

Car à la différence d’un spot radio ou télé, une affiche reste en place tant qu’elle n’est pas remplacée par une autre campagne, il me semble.

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Eric said, on 8 septembre 2008 at 3:23

    Pourtant le slogan est bon! Mais il est vrai qu’il y aura toujours des petits gars tentés par la grande aventure militaire, surtout avec le taux de chômage important qu’on connaît sous nos latitudes…

  2. laurent said, on 9 septembre 2008 at 7:57

    Ce hiatus entre réalité du champ de bataille et communication me fait penser à ce qui se faisait pendant la Seconde Guerre Mondiale : d’un côté la propagande par affiche et de l’autre l’horreur de la guerre. Comme disait je crois Malraux, « il peut y avoir des guerres justes, mais il n’y a pas de guerres propres. » Je suis un peu surpris de constater que l’opinion publique, tout au moins les médias, paraissent s’étonner de ce qui s’est passé en Afghanistan. C’est la guerre, c’est l’horreur.

  3. enikao said, on 9 septembre 2008 at 8:31

    Depuis la première Guerre du Golfe on a inventé le concept de « guerre propre ». On veut des conflits sans morts, sans destruction, sans blessés (et pour cause, les journalistes étaient embarqués avec les soldats, mais dans un seul camp : pas d’image, pas de preuve). Les « frappes chirurgicales » de l’OTAN dans les Balkans ont poursuivi la communication dans le même sens.
    Fallait-il que l’on soit stupide pour croire à pareilles inepties… ne serait-ce que le temps de l’annonce. Et c’est bien ça qui compte : le temps de prendre la décision et de justifier, il faut que le public croie à l’idée, après il est bien assez tard.
    Je suis bien plus circonspect sur la « guerre juste ». Peut-être faut-il entendre là « légale », autorisée par la communauté internationale ? Le concept de justice m’échappe comme je le disais dans ce précédent billet : https://enikao.wordpress.com/2008/08/18/justice-verite-histoire-et-autres-chimeres/

  4. laurent said, on 11 septembre 2008 at 12:16

    Pour préciser, Malraux je pense entendait qu’il pouvait y avoir des guerres justes sous entendu : il y a bien sûr des guerres injustes.
    Exemple de guerre juste je pense : l’engagement des armées alliées en 44 contre les Nazis…

  5. enikao said, on 11 septembre 2008 at 1:30

    Au risque d’attirer les trolls, je crois que la Seconde Guerre Mondiale constitue l’exemple que tout le monde veut indiscutable. Or les raisons de l’engagement britannique diffèrent de l’engagement américain, qui diffèrent des raisons de l’engagement russe (plutôt contraint), qui… Que Malraux le dise, parce qu’il fut un acteur de combats pour la liberté en Europe, cela se comprend. Mais si grand soit l’homme, sa parole est marquée par une époque et un engagement personnel qui n’ont pas valeur universelle ni intemporelle, je crois.

    Je ne vois pas beaucoup d’exemples de « guerre juste » parce que la « justice » est un concept très fluctuant (dans le temps, dans les cultures) et souvent utilisé pour des raisons d’opinion publique. Les guerres de libération et d’indépendance ne deviennent juste que lorsque l’insurgé l’emporte. Sinon ce ne sont que des rebellions… matées.

    La Première Guerre du Golfe ? Elle était juste au sens qu’il s’est agit d’une libération, et légale parce qu’autorisée par le Conseil de Sécurité. En revanche les raisons profondes n’ont rien à voir avec la justice il me semble.

    Mais c’est là un tout autre (et passionnant) débat :-)

  6. Mickael said, on 17 octobre 2008 at 8:20

    C’est toujours le contexte dans lequel on lance un message (publicitaire ou non) qui définit le sens perçu. Le contexte c’est bien sûr l’actualité qui peut boycotter une campagne, imaginée des semaines ou des mois à l’avance. Ca peut être aussi le média utilisé qui peut parasiter l’intention de l’annonceur. Que fait-on quand, sur le net, le public auquel l’on souhaite s’adresser a la possibilité en quelques clics de croiser l’information pour vérifier l’exactitude de notre propos ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :