[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

e-Reputation : la stratégie du coucou

Posted in ∞ - Toudoto, Ш - Sochol by [ Enikao ] on 6 octobre 2008

Ce blog ne cherche pas le classement, il n’a pas de blogroll (d’autant plus inutile que le classement Wikio ne prend pas en compte les liens vers la page d’accueil) et n’est pas référencé activement. Comment alors faire connaître son blog des autres blogueurs qui écrivent sur les même domaines ou sur des domaines connexes ? Comment acquérir une certaine e-reputation ? En adoptant la stratégie du coucou de l’Ancien Monde.

Pourquoi de l’Ancien Monde ? Parce que j’apprends ici que ceux du Nouveau Monde ne pratiquent apparemment pas le « parasitisme de couvée » ! Voilà pour les considération ornithologiques.

Plus concrètement, j’ai choisi d’entrer en relation et de participer à d’éventuelles conversations en laissant régulièrement des commentaires sur les blogs que je lis régulièrement. L’idée est de ne pas en rester à des commentaires simples, purement laudatifs (super !) ou péjoratifs (c’est nul !), mais de s’interroger, d’apporter un complément d’information, voire un autre angle de vue. Déposer un peu de mon contenu ailleurs. Comme le coucou qui pond dans les nids des autres, d’une certaine façon. 

C’est une petite gymnastique, il faut se dire que l’on peut éventuellement être lu et que l’on peut me répondre. C’est parfois un moyen d’attirer l’attention du blogueur chez qui on laisse ses petits, une façon de dire : hé, moi aussi j’en parle viens donc voir ce que j’écris et qui pourrait t’intéresser. C’est aussi un moyen d’attirer peut-être les lecteurs de cet autre blog vers le sien, et c’est là que le parallèle avec le cleptoparasitisme du coucou prend en partie son sens. A ceci près que (je l’espère) je donne au moins autant que ce que je reçois. Cette méthode fonctionne assez bien, pour peu que l’on laisse le temps faire son oeuvre et que l’on commente de manière effectivement utile et pertinente.

Des exemples concrets ? Des échanges plus ou moins riches et réguliers avec Narvic de novövision, Laurent de Metissing, François et Emmanuel d’Internet & Opinion(s), Stanislas et Anthony de PR2Peer entre autres. Allons plus loin ? Soyons fous. Un billet co-écrit avec David de Regards sur la Connaissance. Bientôt un autre co-écrit avec un autre camarade qui n’a pas de blog mais fut commentateur aux premières heures du Blok Not (et qui a un certain rapport sémantique avec ceci). Bientôt également une visite du Figaro avec Laurent Supply de Suivez le Geek (hé non, je n’ai pas oublié ta promesse :-) ).

Et même au tout début de ce blog, quelques semaines après le premier billet, une interview radio pour la revue de blogs de Catherine Nivez sur Europe 1 (on s’est perdus de vue ?), qui m’avait indiqué avoir trouvé mon blog… en lisant des commentaires que j’avais laissé chez Francis Pisani sur Transnets !

C’est un peu la méthode artisanale des gagne-petits, celle des petits pas. Mais c’est aussi la méthode de la qualité (j’espère) et de la constance (je fais de mon mieux), d’autant plus valable quand on n’est qu’une identité numérique. Le résultat est satisfaisant : il semble que j’aie des lecteurs et lectrices réguliers si j’en crois mes statistiques. Ce blog reçoit bel et bien des visites depuis les commentaires extérieurs.

Comme le dit le proverbe : petit à petit, l’oiseau fait son nid.

9 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. narvic said, on 6 octobre 2008 at 3:56

    C’est comme ça qu’on se bâtit un lectorat de réseaux sur du contenu (des billets originaux, drôles ou profonds, ou des trouvailles…), en jouant à plein l’effet de recommandation de la blogosphère. ;-) C’est pas du tout contre-indiqué comme méthode : sinon les alternatives c’est le buzz ou les stratégies de référencement à la mord moi l’noeud sur des mots-clés bien choisis… Mais chacun fait comme y veut… :-)

  2. anham said, on 6 octobre 2008 at 9:07

    Pour filer ta métaphore ornithologique, il convient d’ajouter le doux gazouillis de Twitter – et des autres outils de réseau social, des plus en évidence ces jours-ci, de type Facebook, aux plus classiques mais néanmoins robustes forums – pour renforcer sa présence au sein d’une communauté. Il m’est en effet apparu que Twitter permettait de donner plus de valeur à sa place dans le « quotidien » de la communauté, en donnant à voir ce qui doit l’être, nonobstant l’origine du contenu (la sienne ou celle d’une source tierce sur Internet). D’ailleurs, cela permet d’exister en l’absence de blog propre – ou lorsque le membre de la communauté néglige son blog pour diverses raisons, comme je l’ai fait avec PR2Peer ces derniers mois (heureusement que Stanislas a tenu la maison commune ;-)

  3. Laurent Suply said, on 7 octobre 2008 at 7:22

    Et moi non plus je n’ai pas oublié !

    Sur la tactique du coucou, il faut seulement espérer que ton Cleptoparasitisme (ah, Wikipedia…) ne se termine pas comme dans la nature, avec le petit coucou qui pousse les autres oeufs du nid sans scrupule.

    Cela étant, ça doit marcher, au delà même des gens qui cliquent simplement sur le nom de l’auteur du commentaire. J’ai récemment créé un onglet Netvibes avec uniquement les flux des blogs de nos lecteurs/commentateurs les plus réguliers. Je n’ai pas fait de stats dessus, mais je pense que ces derniers temps, c’est celui où mon « vraiment lu »/ »marqué comme lu » est le plus haut ;)

  4. [ Enikao ] said, on 7 octobre 2008 at 11:41

    @ all : merci pour vos commentaires, qui sont la preuve vivante de ce que j’avance :-)

    @ Narvic : je dois quand même reconnaître que je suremploie les tags (712 à ce jour !) et que c’est l’occasion de faire parfois du name dropping comme le montre mon nuage de tags. Je joue parfois sur la facécie des formulations ambiguës également. Mais pas sur le buzz. Ce terme est d’ailleurs mal choisi, car il évoque le bruit irritant d’un insecte nuisible qui finit invariablement en squish (ou en sblaf, ou en pschit selon le moyen employé pour se débarrasser de l’importun, bien que ce dernier ne soit pas écologiquement très responsable). Pour ma part j’ai choisi de faire autre chose, je me fiche bien d’avoir 10 000 lecteurs par mois. Pour reprendre un célèbre animateur / chroniqueur : ONPPPATLM :-D

    @ Anham : tout à fait ! (Punaise, le gazouilli m’avait échappé… on perd ses réflexes…) C’est aussi à cela que me sert Twitter. Le cas de Versac est un exemple d’existance sans blog (pour le moment). Une question que je me pose : il existe des blogueurs connus, suivis. Existe-t-il des commentateurs pur jus (sans blog) réputés pour leur participation utile et exemplaire ? Un tel oiseau rare serait intéressant à interroger (pour rester dans les volatils).

    @ Laurent : un point délicat en effet, il est parfois délicat de trop en faire dans les commentaires sur un autre blog. C’est presque une question de politesse : imagine-ton le spectateur qui répond à l’orateur dans la salle, puis vient carrément sur la scène prendre le micro ? Non, ça ne se fait pas. En revanche l’orateur peut inviter la personne de la salle sur scène pour co-créer le contenu. La dernière phrase me remplit d’aise et me fait rougir à la fois tant il y a plus méritant sur la toile :-) [et à bientôt, donc !]

  5. Laurent Suply said, on 7 octobre 2008 at 12:01

    Restons dans les volatiles: le problème se pose moins vis à vis du propriétaire du nid qu’envers les autres oisillons, lorsque les commentaires deviennent intensifs et systématiques (et je ne parle pas de qualité ici).

    Concrètement, j’ai pu constater à divers endroits (forums, jeux, mais les blogs n’y échappent pas) que la participation d’une poignée d’habitués peut vite décourager un certain nombre de lecteurs de s’impliquer plus avant. Pas de le lire, certes, mais de commenter.

    Les blogs anciens dotés d’une communauté solide peuvent vite arborer un petit côté « entre soi » voire « fan club »… Mais je m’éloigne un peu de ton cas, puisqu’en général les habitués prennent leurs quartiers dans un blog en particulier, et ne vont pas déposer leurs oeufs ailleurs.

  6. Erick Hostachy said, on 14 octobre 2008 at 12:49

    Je me permets de m’immiscer dans ce nid de commentaires à mon tour, après qu’Enikao ait laissé un oeuf sur mon blog.
    Les commentaires, s’ils sont pertinents (et le votre l’est) sont à mon sens un des meilleurs moyens d’augmenter le nombre de visiteurs sur un site. Je sais, j’ai bien compris, Enikao, votre but n’est pas d’avoir 10 000 visiteurs par mois sur votre blog. C’est dit. Cependant, vous aimeriez « plus de trafic qualifié » comme disent les marketeux, c’est à dire plus de visiteurs qui s’intéressent au mêmes choses que vous. Si si, vous l’avez dit :-)
    Et bien les commentaires chez ces voisins sont une excellente chose. Parce qu’ils créent une proximité avec le blogueur concerné. Au travers des commentaires (encore une fois, s’ils ont du sens pour la personne qui les lit) se noue une sorte de rencontre, puis une conversation (ben si, c’est une petite conversation). Et de tout ceci nait une certaine proximité.
    Et cette proximité, me direz-vous, on en fait quoi ? Et bien, un échange de lien, pourquoi pas : je vous connais, j’estime ce que vous faite, j’ai envie de le faire savoir à d’autres. Ce n’est pas obligatoire, j’en conviens, mais ça a du sens.
    Et c’est là que débarque Google et son Pagerank, qui tient compte du nombre de liens entrants sur un site (backlinks) pour dire où il le positionnera dans ses résultats de recherche congruents.
    Et, comme on le sait, Google est un gros fournisseur de visiteurs pour un site éditorial.

    D’où CQFD (bien bien carricatural) :
    Plus de commentaires pertinents –> Plus de liens entrants –> Meilleur classement Google –> Plus de visiteurs de qualité

    « Et voilà » comme disent nos amis anglo-saxons.

  7. [ Enikao ] said, on 14 octobre 2008 at 4:15

    @ Erick : quitte à faire ma diva, je précise que je ne souhaite que du trafic qualifié, et que je ne serai pas contre en avoir un peu plus. Rien que ça :-)

    Je comprends votre propos sur Google, je pensais également au désormais incontournable classement Wikio qui fait tant suer de peur les blogueurs.
    Echange de lien : je n’en ai pas, je ne lie que ce que je lis et qui m’interpelle.
    Conversation : oui, si elle prolonge le sujet (ou même si elle digresse).

    Mais l’expérience me montre qu’un bon classement (sur Google, ou par recherche Technorati / Wikio sur un sujet, ou par recherche dans les tags) m’amène souvent des visiteurs venus par hasard, et qui souvent cherchent des choses qu’ils ne trouveront pas ici (induits en erreur par un mot clé mal formulé ou par un jeu de mot de ma part).

    Alors nécessairement, un flot de trafic supplémentaire apporte son lot de visiteurs « de qualité » (je n’ai pas eu affaire aux trolls pour le moment) qui éventuellement commentent. Mais c’est un pur effet statistique d’après moi.

  8. […] leurs tentatives, Backtype et autre Disqus ne sont pas au point et je ne retrouve pas tous mes petits oeufs. J’en resterai donc à l’analyse de ce seul blog et laisse les commentés faire la […]

  9. […] E-reputation : la stratégie du coucou – [Enikao] Wikio Wikio Tags: blog, facebook, Médias, médias sociaux, TechToc.tv […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :