[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

Le web, cet objet constructiviste

Posted in ∞ - Toudoto, Ф - Nutek by [ Enikao ] on 21 décembre 2008

Au cours d’une discussion sur les outils de cartographie, de découverte et d’historisation du web avec David, nous en sommes venus à une réflexion plus profonde sur la nature même de cet objet protéiforme. On a tendance à penser le web comme un objet, donné, posé, subjectif.

Et si en réalité il était construit parce que nous l’observons ? Et s’il n’était pas le même selon la façon dont on le regarde ? Et si le web était constructiviste ?

Le web a quelque chose de particulier qui le rend inobservable, ou du moins qui en rend toute photographie datée très difficile. Car le web bouge trop rapidement pour nous, observateurs, et même pour les outils informatiques les plus puissants.  On se trouve en réalité comme devant le ravalement d’une cathédrale en accéléré : une partie de la façade est rénovée, on voit quelle partie sous les échaffaudages est en train de l’être, quelle partie est ancienne et attend son tour. Mais si l’on regarde l’ensemble, une fois arrivé au bout du ravalement la partie rénovée en premier aura déjà commencé à se ternir… Des liens meurent, le contenu mis en ligne devient colossal.

Par exemple Wikipedia est dans une situation particulière car contrairement à une encyclopédie classique, son contenu évolue en permanence. Ce n’est donc pas une document étudiable par un sociologue, puisqu’il bouge sans cesse sous  son nez.

De plus, le web a quelque chose de quantique : l’observer, c’est modifier son comportement. Si je consulte un blog, ses statistiques de visite augmentent et il grimpe dans les classements. Si je clique un lien proposé dans un moteur, ce lien sera lui aussi indexé avec une unité supplémentaire. Si je regarde une vidéo dans YouTube ou Dailymotion, le nombre de vues augmentera… Aussi, dès que mon clic aura été effectué, ceux qui passeront après auront peut-être un web différent par effet de classement des liens qui prennent en compte le nombre de visites. C’est d’ailleurs valable pour la publicité commerciale, qui s’adapte aux clics !

Le web n’est pas non plus le même selon les lunettes que l’on chausse pour le regarder. Si je vais sur une page, j’ai tout son contenu : images, texte, publicité, liens, éléments sonores. Si mon navigateur ne prend pas nativement les éléments en Flash, déjà une différence se fera et je ne verrai pas la même chose. Si je consulte le seul contenu de certains sites ou blogs à travers un lecteur de flux RSS/Atom, je vais éviter les publicités contextuelles mais aussi peut-être perdre la musique diffusée sur le site ou ne pas avoir accès à certains éléments (flux Twitter ou Friendfeed mis en colonne par exemple). Je n’aurai pas accès aux commentaires si c’est un blog ou un site qui le permet.

Si l’on consulte le site depuis un téléphone mobile, il y a des chances que le navigateur charge d’office la version mobile dudit site web, qui n’est pas toujours complète ni organisée de la même manière.

Le web est donc un curieux objet, peut-être plus étonnant encore que ce qu’on imagine.

Advertisements

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. François Guillot said, on 21 décembre 2008 at 9:14

    Je n’aurais pas su mettre les mots « constructiviste » et « quantique » sur les idées que tu décris mais je te rejoins complètement : on ne peut l’observer ni de façon neutre (sans avoir un impact sur l’ordre des choses), ni de façon statique (l’objet est en mouvement permanent).

  2. [ Enikao ] said, on 23 décembre 2008 at 2:14

    Certes ça peut sembler pompeux comme expressions, mais ces mots décrivent réellement ce qui se passe : le web est ce qu’on en fait, et sur la toile voir c’est déjà faire.

    A propos d’impossibilité de voir sans modifier, je pense à un cas un peu particulier que tu connais peut-être : un article / billet très négatif pour une marque ou une personne. Pour les veilleurs, que faire ? Prendre une capture d’écran et indiquer dans le mail remontant l’info qu’il ne faut pas y aller… pour ne pas faire grimper le taux de visite !

  3. François Guillot said, on 23 décembre 2008 at 3:45

    Je vois tout à fait ce que tu veux dire. Je m’étais d’ailleurs amusé à provoquer des gens d’une agence de veille rencontrés dans une soirée blogs il y a 2 ou 3 ans : « si on enlevait les veilleurs, il n’y aurait plus personne pour lire les blogs ». ;-)

  4. narvic said, on 27 décembre 2008 at 8:44

    François dixit : “si on enlevait les veilleurs, il n’y aurait plus personne pour lire les blogs”

    Ça me laisse songeur… :-))

  5. [Enikao] said, on 27 décembre 2008 at 9:06

    Lapidaire, provocateur, mais je crois qu’il y a en effet beaucoup de vrai la-dedans…

  6. Manuel said, on 11 janvier 2009 at 9:09

    Petite idée saugrenue : Est-ce que ça ne marcherait pas aussi pour un supermarché ? En y réfléchissant, c’est exactement la même chose. Plus les mêmes articles dans les rayons : plus les mêmes quantités, les prix varient, les personnes dans les allées sont différentes, la configuration change régulièrement. Le morceau de rosbif qu’on avait vu en rayon boucherie n’existe plus, remplacé par un autre, moins appétissant, ou le contraire. Selon la caissière, on a droit à un sourire ou un « tirage de gueule en règle ». Chaque visite au magasin est différente à chaque fois et pour chaque personne.

    Et si, en fin de compte, le Web 2.0 n’était simplement que le reflet à peine déformé de nos besoins et de notre comportement consumériste?

  7. [ Enikao ] said, on 11 janvier 2009 at 10:52

    @ Manuel : le parallèle est intéressant et plutôt original (visiteurs et caissières, j’aime bien l’idée), mais il occulte les coulisses de la politique de distribution : le mètre de linéaire est négocié, et un produit peut disparaitre s’il n’était pas assez rentable. Sans compter les promos et soldes, qui n’ont pas d’équivalent sur le web.
    Mais on se rend au supermarché par nécessité, et on est obligé de payer. C’est plus une corvée qu’un acte de loisir (encore que les américains trouvent qu’une après-midi au mall, c’est distrayant).

  8. […] – Le web, cet objet constructiviste […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :