[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

[Lab] La force de la rareté, le pouvoir de prescription et l’influence

Posted in ∞ - Toudoto, § - Midia, Ш - Sochol by [ Enikao ] on 16 avril 2009

Un billet de ce blog concernant Twitter et les blogs, rédigé un peu rapidement et mis en ligne mardi soir, a connu un succès phénoménal. A l’échelle du [Blok Not] tout du moins. Ces statistiques de visite en hausse et les mécanismes qui en sont à l’origine me poussent à poursuivre la réflexion, entamée en partie en commentaires dans le billet en question.

Cela fait un moment que je n’avais pas écrit de billet. Afin de “nourrir” la communauté de twittonautes qui me suit en contenu intéressant (informations glanées ici et là, je lie beaucoup) et parfois différent, j’utilise Twitterfeed pour envoyer automatiquement mes billets du [Blok Not] sur mon compte Twitter. Il se trouve que Twitterfeed met une petite quinzaine de minutes à effectuer cet envoi, les mises à jour semblent plus ou moins programmées. Billet terminé, ordinateur éteint, la vie se poursuit. Le twitt automatique est en ligne vers 21h30 en pleine période creuse. Car comme les médias, Twitter a ses « heures de grande écoute » et ses creux.

Or ce billet mentionne une réflexion de Jean Véronis. Qui donc a reçu une notification, ou qui en tout cas a vu des visites venues d’un blog qui jusque là lui était inconnu (via Sitemeter, il me semble). Du coup, il remonte la source, trouve le sujet intéressant faut-il croire, et le met en ligne le lendemain matin, avec un lien nourrissant son compte Twitter également grâce à Twitterfeed. Mais l’heure est bien plus propice à la lecture en direct et au relai par retweet. Ce blog un peu endormi prend un (tout petit) coup de fouet. En image, c’est plus parlant :

pic1

Au total, 289 visites sur ce seul billet, dont une grande partie en provenance de Twitter, un peu de Facebook dont je suppose qu’il s’agit de statuts mis à jour depuis Twitter, un peu de Plurk (si, je vous jure qu’il y en a qui s’en servent), un peu de Netvibes (des lecteurs fidèles, ça fait toujours plaisir, même si ce ne sont peut-être pas tous les miens), une reprise sur Small Brother, et une visite hasardeuse d’aaaliens à qui je fais des infidélités par manque de temps. On est très loin des chiffres de blogueurs bien plus connus, visités et commentés, certes. Toutefois la différence est très marquée pour ce modeste blog.

C’est bien gentil toute cette mécanique mais arrivons-en au fait : qu’en retenir ? Plusieurs leçons :

  • La fréquence de publication n’est peut-être pas très importante pour ceux qui se fichent un peu du trafic. Et peut-être qu’ils devraient être plus nombreux. Produire de la qualité demande un minimum de temps comme pour d’autres domaines. Pour le reste, les petites réflexions qui n’ont pas vocation à durer, les liens vers l’information immédiate, Twitter suffit amplement. Jean Véronis, comme d’autres, n’a pas besoin de réagir à tout, tout le temps, pour avoir de l’autorité.
  • L’effet blouse blanche, qui doit porter d’autres noms certainement et qui n’a rien à voir avec le stress généré par la présence d’un médecin, compte davantage dans la qualité de la prescription. Au-delà du jeu de mots sur le champ lexical médical, le supposé expert, le « sachant », celui qui est dans la position du spécialiste ou de la référence a une parole de poids qui ne nécessite pas de longs discours. Il peut faire court, il sera écouté. L’important pour l’expert n’est pas nécessairement d’avoir raison, mais d’avoir un point de vue, quitte à être parfois péremptoire. J’ai dans l’idée que Jean est un personnage en blouse blanche, et qui a priori a l’air de savoir ce qu’il dit. Aussi, quand il parle, on l’écoute.
  • La rareté crée la valeur. Ce qui est pléthorique en a moins. Ce n’est pas la trouvaille du siècle, mais il faut parfois le rappeler. Ecrire peu, ête peu présent sur scène, accorder peu d’interviews… cette rareté entretenue renforce la valeur de chaque apparition et permet, de manière peut-être un peu illusoire, de suggérer davantage de qualité par un travail en coulisses, même si en réalité on ne fait pas davantage.
  • L’effet multiplicateur vient confirmer une idée sur la méta-influence : pas besoin d’avoir des centaines de lecteurs pour avoir de l’influence, il suffit d’être lu par une personne elle-même très lue, et relayé par celle-ci. Le pouvoir de prescription fait le reste. Et certains prescripteurs sont plus efficaces que d’autres comme le disait Narvic dans une recherche sur la mesure d’influence des blogs.
  • Fonder les classements de blogs sur les seuls liens intra-blogs et les seules visites n’a plus grand sens, et peut-être de moins en moins. Cela reviendrait à dire que dans ce que l’humanité écrit, seuls les romans et les essais comptent. Les sonnets, les nouvelles, les aphorismes, les cadavres exquis ne compteraient pour rien ? La véritable influence est difficile à mesurer et devrait prendre en compte la surface d’exposition de l’auteur. Un passage à la radio, une mention dans Le Monde, un fan club sur Facebook, de nombrex retweets participent autant à populariser les idées développées par le blogueur. Car si une mention dans Libération va par exemple apporter un surcroît de visites, il manque toutefois le double impact dont bénéficie la prise en compte du lien. Pour de nombreux composants de cette influence, on peut comprendre qu’il soit difficile de les intégrer. Mais peut-être que Twitter pourraît trouver une place dans la mécanique ? De même que Digg et Delicious ? Le fait de prendre le temps de partager un lien est un indicateur du crédit que l’on accorde à ce qu’on lie.
Advertisements

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. guillaumeledit said, on 17 avril 2009 at 7:39

    Tes billets sont extrêmement clairs, c’est agréable le matin.

    Au plaisir de te recroiser !

  2. […] formes d’émission d’information comme les formats courts que les classements de blog ne prennent déjà pas en compte. De plus, si nous émettons tous plus ou moins d’information, il existe un tel niveau de […]

  3. narvic said, on 19 avril 2009 at 9:55

    Le billet de novövision que tu cites est presque en lui-même une sorte de contre-exemple ! L’essentiel de son trafic – contrairement à son propos, justement, – lui vient de Google ! Ce qui ne fait qu’illustrer un peu plus le profond défaut de pertinence de Google sur le référencement de tels articles. ;-) Le trafic « de recommandation », celui des citations de blog à blog, de Twitter, de delicious, aaaliens, etc., comme ton lien dans ce » billet par exemple, est quasiment invisible dans l’ensemble. Ça me laisse songeur et dubitatif… ;-)

  4. [ Enikao ] said, on 20 avril 2009 at 8:14

    @narvic : j’ai également un trafic de Google important, supérieur à celui amené par des liens, et nous savons que c’est rarement le plus intéressant car il est mal qualifié (je ne m’amuse plus à recenser dans un billet les mots-clés ou l’association de mots-clés les plus surprenants qui mènent ici, car ça draine encore deux fois plus de trafinc mal qualifié).
    Ce qui peut expliquer que le lien inserré dans ce billet n’apporte que peu de trafic :
    – la phrase se suffit à elle-même, il faut avoir de la curiosité pour aller cliquer et rentrer au plus profond. Cela nous renseigne plus sur les habitudes de lecture : un billet bourré de références ne suscite manifestement pas de lecture du second niveau (les liens indiqués). Voilà une idée à creuser, je ne sais pas si quelqu’un a fait l’exercice : à quel niveau de profondeur lit-on un billet ? Si les sources en lien pointent elles-aussi ailleurs, va-t-on aller un cran plus profond ? Quelle proportion d’explorateurs franchit chaque pallier ?
    – nous avons certainement des lecteurs communs, je pense que (lecteurs du Blok Not) est inclus en grande partie dans (lecteurs de novövision), il n’y a qu’à voir la taille de “Narvic” dans mon nuage de tags ;-)

  5. […] notera au passage que la rareté, pour peu que la personne soit bien identifiée, connue ou reconnue pour son expertise, vaudra bien […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :