[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

Europe 1 essaie le « comment it live » d’interview matinale sur Twitter (#E1Fillon)

Posted in Uncategorized by [ Enikao ] on 3 février 2010

Europe 1 a testé ce matin, sur son site web refait à neuf, une expérience de live-twitting de l’interview du Premier Ministre François Fillon. Une vingtaine de « personnalités » (personnalités politiques, journalistes et blogueurs) pouvaient commenter en direct l’entretien, les gazouillis étant directement intégrés dans une rivière de flux sur le site d’Europe 1. Patrice Thomas m’avait proposé de participer, au sens de faire partie de cette sorte de panel. Ce genre d’opération permet de tester la nouvelle plateforme d’Europe1.fr, sans doute, mais aussi d’expérimenter de nouveaux formats hybrides, ce qui est plus intéressant et justifie que j’accepte, comme Vinvin.

Il semble que la technique ou un oubli m’ait fait passer à la trappe. Regardons tout de même de près ce que cela a pu donner.

En amont, certains se sont mis une sorte de pression, qu’il s’agisse de la qualité pour laquelle Europe 1 les avait choisi (comme Thomas Bronnec de l’Express.fr) ou de ne pas passer pour un intrus au milieu des autres participants (comme Vinvin). Il était plutôt drôle de voir les participants, qui ne se parlent pas plus que cela d’habitude dans la volière, s’apostropher ou s’échauffer. Sans doute pour se mettre en condition, un peu comme avant d’être… en plateau.

Plusieurs critiques sur Twitter ont fleuri quant à #E1Fillon, Donjipez y verra sans doute un nouvel avatar de ce qu’il appelle, sans doute pas complètement à tort, une forme de médiacratie. Voire un moyen d’attirer à soi ceux qui ont déjà une audience sur Twitter. D’accord. Accordons aussi sur le coup-là à Europe 1 le mérite d’essayer quelque chose, quitte à faire mieux ou différent la prochaine fois. Reprendre l’ensemble des gazouillis utilisant le hashtag dédié (#E1Fillon) plutôt que faire une préselection (toujours contestable) semblerait être plus ouvert, mais très honnêtement il devient difficile de suivre un événement à partir d’un simple hashtag (Laurent a testé), et surtout le taux de pollution (pas les plaisanteries, il en faut sans doute aussi, mais le volume de messages inutiles ou retwitts) gène la lecture.

L’idée est plutôt bonne à l’origine : Europe1.fr est un site web, il semble assez naturel d’intégrer les réactions des utilisateurs de Twitter. Mais cela n’a pas suffit et il semble que plusieurs participants même aient été déçus.

Les ratés :

  • L’interaction Twitter / interview ne s’est pas faite : Marc-Olivier Fogiel s’est contenté d’une courte mention (une phrase insignifiante de Jean-Paul Huchon, sur laquelle personne n’a rebondi) sans que cela ajoute quoi que ce soit à l’intérêt de l’exercice.
  • Jean-Pierre Elkabbach n’a pas l’air vraiment au fait de ce qu’est Twitter quand il parle de logiciel, mais à la rigueur ce n’est pas bien grave, son rôle n’est pas là et ce type d’opération peut nécessiter un partage des tâches. Il est dommage qu’il ait mené seul l’entretien.
  • Manifestement François Fillon, qui s’était fait représenter comme geek dans SVM, (technophile, sans doute, mais geek…), avait peur… des réactions en ligne et en direct (un exemple de off Twitter / ondes de Patrice Thomas). Ce qui n’a pas manqué de provoquer quelques déceptions.
  • Passons sur les soucis de touche CAPS LOCK coincés de Corinne Lepage et les messages très formatés (forme et fond) de Dominique Paillé, porte-parole de l’UMP, qui trolle puis semble regretter. Ce gazouillis a été effacé, si c’est uniquement une question d’orthographe c’est dommage car ce n’est pas le plus grave.

Ce qui serait (peut-être) plus pertinent :

Intégrer vraiment ce « panel » dans l’interview, par exemple garder deux ou trois questions ou demander à François Fillon de commenter les remarques, durant les cinq dernières minutes. Plusieurs émissions fonctionnent sur ce principe de questions extérieures (SMS, e-mail, rajouter donc Twitter), par exemple C cans l’air sur France 5, le format semble fonctionner.

Séparer web et radio ? Le tempo de l’un et de l’autre ne sont sans doute pas compatibles. La radio demande de faire court, de l’emphase, des effets de manche oraux. Le web est différent, il n’a pas les mêmes contraintes, il permet aussi de lisser les périphrases ou les phrases entières qui ne servent qu’à meubler le temps que l’on trouve quelque chose à dire quand on est pris au dépourvu ou que l’on ne souhaite pas répondre.

Il est difficile de savoir ce qui motive cet exercice.

Renouveler l’exercice compassé de l’interview matinale bien cadrée ? Sans doute. Ouvrir la parole à d’autres formes , l’autre exemple récent sur TF1, Paroles de Français, serait un signe de cette envie.Etrange, il existe déjà plein de chroniques qui font un peu la passerelle, apportant au grand public bruits, rumeurs et réactions de ce qui se dit et se passe en ligne, même chez Europe 1 avec C’est pas très net. Guy Birenbaum faisait d’ailleurs partie du panel, fidèle au style qu’il souhaite donner à sa chronique, il a navigué entre #LOL et verbatims.

Surfer sur le capital sympathie, haine et buzz de Twitter ? Peut-être bien aussi, l’expérience Huis Clos sur le Net procède peut-être de cet esprit là également.

L’envie d’essayer autre chose, de faire éventuellement émerger d’autres voix qui sont régulières mais ailleurs ? Le simple fait que Marc-Olivier Fogiel ne cite que Jean-Paul Huchon montre que ce n’est pas encore le cas. Quand on cherche un expert ou une personnalité pour commenter, les médias classiques ont encore recours aux vieux réflexes des « bons clients » et des têtes bien identifiées au détriment d’autres participants.

Quel autre média s’essaiera au mélange avec Twitter ? La télévision n’a pas encore cédé à la tentation de l’expérience, mais il me semble que c’est typiquement l’endroit, plus encore que la radio qui est elle aussi chaude mais sans besoin frénétique de l’image, qui ne s’y prêterait pas. A suivre.

Pour rire un peu : aucun des participants n’a contacté Magpie pour faire de la publicité sur Twitter, et argumenté pour obtenir une revalorisation des gazouillis sponsorisés relayés sur un site très visité. Même si l’idée de monétiser cette opération est bel et bien venue à l’idée de certains.

Pour aller plus loin :

Pour se rappeler :

Dans un genre différent, l’Express avait essayé un débat sur Twitter entre Nathalie Kosciusko-Morizet, Benoît Hamon et Alain Lambert. Cela n’avait pas été très concluant non plus, pour des raisons différentes.

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Thomas Bronnec said, on 3 février 2010 at 1:26

    Je te rassure, je m’étais mis une « pression » toute relative, quand même… évidemment d’accord avec toi sur la nécessité d’une intégration du panel à l’interview proprement dite. Mes réflexions plus détaillées, ici http://blogs.lexpress.fr/les-couloirs-de-bercy/2010/02/franois-fillon-tait-ce-matin.php

  2. ldupin said, on 3 février 2010 at 1:56

    Hello Eni. Je t’aime bien, tu le sais, mais il faut raison retrouver. En face de quoi sommes-nous, en deux mots? En face de gens qui ont des positions confortables, les salaires qui vont avec, l’autorité du médiacrate, la puissance du réseau dominant, et qui nous la racontent sur l’air de « comment on va utiliser Twitter dans les grands médias »! et autres « vous allez voir ce que vous allez voir ». On a vu, oui.

    Le principe du cercle fermé est le contraire absolu du social media. Je ne dis pas qu’il fallait pas accepter, mais peut être juste sentir venir le Big Media (Europe 1 ici, mais demain d’autres) avec ses Big sabots, pour un Big Buzz injustifié. Et le dire comme tel, live. Tout respect pour un Premier Sinistre mis à part.

    Je ne crois pas qu’il faille faire l’économie de bonnes questions : qui fait cela? pourquoi? qui est invité? au nom de quelle légitimité? pour quel objectif? Faire passer un chef d’Etat pour moderne et une rédaction pour branchée?

    Tout cela à plus fortes raisons parce que nous sommes -toi, moi et plein d’autres- des messagers vers ce « new media » qu’on voudrait tant créer tous ensemble. Mais qui pour l’heure n’est que le grand n’importe quoi névrotique, entre zélés primo-users, nouveaux convertis avides et vieux briscards malins qui aimeraient prendre le contrôle dessus.

    Soyons à la hauteur de la promesse des social media! Ne cédons pas aux sirènes de la facilité, par attrait de la flatterie et des spotlights. Ca, c’est l’ancien monde des médias qui est en train de passer l’arme à gauche…

  3. Cédric DENIAUD said, on 3 février 2010 at 2:15

    En ce qui concerne le débat Twitter de l’Express, j’avais fait l’analyse à l’époque de l’opération (). Ce qui est intéressant à remarquer ici, c’est :
    – la sélection « ouverte » parmi les 20 personnalités : politiques, journalistes et observateurs dont je faisais partie.
    – le manque encore flagrant d’interaction entre les médias ; reprise seulement de deux tweets de Guy Birenbaum et JP Huchon à l’antenne. La participation des internautes impliquent la prise en compte de leurs feedbacks donc à la radio de s’adapter en conséquence
    – la mise en évidence de l’importance du filtre par les personnes pour éviter l’énorme bruit sur le seul hashtag même si après on peut crtiiquer la sélection
    – l’utilisation de l’opération pour un événement qui finalement n’en ai pas vraiment un (itw de 20mn de F. Fillon) alors qu’il aurait été plus judicieux de le faire dans un cadre plus long
    – le jeu qu’on bien voulu jouer certains politiques donc bravo à eux et notamment pour leur réactivité car l’opération a seulement été décidée hier par Europe1
    – un bon coup de buzz pour Europe1 qui a lancé il y a quelques jours son nouveau site Internet

  4. Lancelot said, on 3 février 2010 at 2:29

    Des émissions utilisent déjà twitter, Cactus par exemple sur Paris Première ;)

  5. [ Enikao ] said, on 3 février 2010 at 2:34

    @ldupin : que l’on s’apprécie ou non (en l’occurrence c’est oui), la critique et la discussion sont les bienvenues ici ;-)
    Soyons honnêtes, nous sommes sans doute nous aussi (toi et moi) des médiacrates, d’une certaine manière. Je ne parle pas de nos positions au sens politique du terme par rapport aux patrons de presse ou autres dirigeants, mais de positions sociales : un réseau (plus ou moins étendu, sur un mode plus ou moins resserré), la capacité à s’exprimer et à trouver des relais pour porter plus loin certains messages, une connaissance et une pratique des médias sous toutes leurs formes…
    Sois rassuré, je sais où je mets les pieds : j’étais venu expérimenter. Ce billet est d’ailleurs mon compte-rendu. Qui est invité ? Un panel, où Europe 1 a cherché à diversifier les types d’invités avec un peu de ceci et un peu de cela. LA légitimité ? Laurent Guimier et Patrice Thomas ont cherché, dans leur scope, ceux qui leur paraissaient apporter quelque chose. Cela ne signifie pas qu’il s’agissait des plus pertinents (moi y compris), c’est un choix qui est limité à la connaissance de la rédaction de Twitter et à sa capacité à mobiliser des personnes qui soient d’accord. Si certains ont refusé, leurs raisons seraient intéressantes à écouter.
    Ces nouvelles formes d’information que nous explorons, créons, ne prendront pas le pas sur les anciennes. Du moins pas comme ça, pas maintenant. Il y a encore deux mondes qui s’observent en chien de faïence, de la répulsion. C’est légitime des deux côtés, pour de bonnes et mauvaises raisons des deux côtés. En revanche, ces nouvelles formes d’information apportent autre chose, d’autres voix, d’autres interactions, d’autres mécanismes et ce qui m’intéresse ce sont les tentatives des médias traditionnels pour créer des ponts.
    Comment, sous quelle forme, pour quoi faire (envahir l’autre rive https://enikao.wordpress.com/2008/11/02/de-little-big-horn-a-wounded-knee, créer une zone d’échange…) ? Vont-ils être transformés par l’expérience ? Pour l’instant ce n’est pas concluant. Pour l’instant je continue d’explorer. Ce qui fait changer un système, ce sont les marges. Soyons « marginaux » au sens premier et positif du terme, regardons sur les bords. Les sirènes ne m’intéressent pas en soi, la navigation davantage. Je crois savoir me boucher efficacement les oreilles si nécessaire :-)

    @Lancelot : exact !

  6. […] » Article initialement publié sur Enikao […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :