[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

Vendre autre chose pour élever le débat, quitte à vendre d’importe quoi

Posted in ! - Boulchit, # - Imedjiz, < - Kouote, € - Ykonomix by [ Enikao ] on 14 février 2010

La publicité a l’art de nous vanter un produit ou un service. Mais quand celui-ci devient trivial ou ne se démarque plus suffisamment de ses concurrents, ou quand il s’agit de faire rêver et d’élever le débat, elle déploie des trésors d’inventivité ou de bêtise pour nous parler d’autre chose.

Parfois c’est bien vu et valorisant, parfois c’est simplement n’importe quoi.

Il est facile de noter que les publicités pour des eaux minérales ne vendent pas de l’eau. Là où Evian vendait auparavant de l’eau pure des Alpes, puis des minéraux par un long travail de la nature, la marque vend aujourd’hui… de la jeunesse. De we will rock yous aux bébés patineurs, des papis et mamies qui plongent élégamment à l’eau qui se renouvelle dans notre corps en 28 jours, Evian ne parle plus que de jeunesse. Tout comme Contrex vend de la minceur.

Aussi étrange que ça puisse paraître, Pampers ne vend plus des couches qui laissent bébé propre. Pampers vend désormais… de la relation avec sa grand-mère et de la mémoire. Le dernier film publicitaire détaille en effet le cycle du sommeil d’une jolie petite fille bien bouclée qui ne parle pas encore. Que se passe-t-il pendant sa nuit ? Son cerveau enregistre et trie les informations acquises dans la journée. Et puisqu’avec Pampers, bébé reste bien au sec, le bout d’chou en question ne se réveille pas, donc son cerveau fait bien tout son travail durant la nuit, donc le lendemain la petiote peut faire un grand sourire à sa grand-mère parce qu’elle l’a reconnue. Moralité, la couche, c’est bon pour le cerveau et la solidité des relations familiales. J’exagère ? Pas du tout, et Pampers a vraiment choisi le sommeil comme cheval de bataille avec un site dédié : 12 heures de rêve.

Dunlopillo est déjà coutumier du changement d’objet de sa raison d’être, ou du moins d’une communication décalée (et pas forcément du meilleur goût). Depuis un bon moment, le fabriquant de matelas ne vend plus du confort, du sommeil ou des bienfaits pour la colonne vertébrale. Avec la campagne lovez-vous, les matelas se posaient résolument du côté coquin et de la galipette, avec un jeu de mots un peu étrange et en deux langues. Désormais c’est encore plus clair avec le message Difficile de s’aimer ailleurs que sur un Dunlopillo qui accompagne des images parlantes et sans équivoque : un matelas posé dans des endroits et positions indiquant une fornication impromptue mais confortable (un bureau, une machine à laver, un capot de voiture). Plus question de sieste, même crapuleuse, un matelas c’est fait pour les cochoncetés.

L’Armée de Terre, quand elle recrute, ne propose pas une carrière, des règles et de l’aventure. Les grandes affiches que l’on voit dans le métro présentent des profils différents (j’en ai compté trois) dans un style camouflage viril et très rapidement identifiable. A chaque fois, sous la personne stylisée figure une question métaphysique de type qu’est-ce que la confiance ? ou plus personnelle comme vous faites comment pour qu’ils vous suivent ? et le renvoi vers une adresse facile à retenir par son nom évocateur : devenezvousmeme.com. L’Armée de Terre vend donc aux futurs engagés un parcours introspectif mêlant philosophie et psychologie pour se bâtir.

Le Wall Street Institute propose, lui, encore plus fort. Bien sûr, il ne s’agit pas de cours de langue comme on pourrait s’imaginer. En ces temps de crise où la négociation de salaire s’avère difficile, la promesse est de taille : une augmentation de 35% si l’on apprend à parler anglais. Rien que ça ! Le renvoi numéroté indique que ce chiffre provient d’une étude publiée par Business Week (introuvable faute de références supplémentaires sur le commanditaire et la date). Même si ça donne une apparence de sérieux, il faut être sacrément naïf, pour rester poli, pour croire qu’après avoir pris des cours, on peut légitimement toquer à la porte de son patron et réclamer séance tenante la hausse de salaire promise à un chef ébahi de nous savoir désormais anglophone.

Et le plus beau pour la fin : il s’agit d’une publicité pour les biscuits BN sous forme de dessin animé. Ces biscuits sont tellement bons qu’ils donnent à ceux qui les consomment le sourire qui figure dessus, et déclenche un enchaînement fatal imaginé par un kamikaze du message publicitaire. Attention les yeux, ça pique. Le moral va mieux, la France consomme moins d’antidépresseurs, et on peut boucher le trou de la Sécu (image saisissante de pelleteuses bouchant un trou). A un ou deux mots près. Tellement génial qu’on se demande pourquoi François Fillon de lâche pas un petit milliard à Thierry Saussez pour mijoter une grande campagne nationale aux petits oignons en faveur des biscuits qui rééquilibrent les comptes sociaux… Ce serait largement rentable.

Nota : il est rageant de chercher des publicités : comme les champignons et la police, quand on en cherche on n’en trouve pas, quand on n’en veut pas on en a jusque sous les bras… Yahoo! essaie d’y remédier avec une barre de partage de pub.

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] Vendre autre chose pour élever le débat, quitte à vendre d’importe quoi « [ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés https://enikao.wordpress.com/2010/02/14/vendre-autre-chose-pour-elever-le-debat-quitte-a-vendre-dimpo… […]

  2. Eric said, on 14 février 2010 at 6:00

    Devenez vous-même, ça rappelle « deviens ce que tu es », phrase que Nietzsche, je crois, attribuait à Pindare. Effectivement, je crois que les futurs militaires vont faire de la philo…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :