[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

Philoroulette

Posted in ! - Boulchit, Ш - Sochol by [ Enikao ] on 17 juin 2010

Ce matin, quelques centaines de milliers de personnes vont participer à un rituel aussi vide de sens que vain : l’épreuve de philosophie du baccalauréat. Enfin, en tout cas c’est le nom de l’épreuve. C’est bel et bien une épreuve, pour la philosophie c’est une autre affaire. Spécificité française, la philo obligatoire en terminale et au bac est une étrangeté schizophrène. Ni vraiment un panorama de l’histoire de la pensée et de ses courants, ni réelle réflexion approfondie d’un thème, ni même apprentissage de la structuration des idées et de l’exigence intellectuelle, la philosophie est enseignée et notée au lycée au petit bonheur la chance, avec comme idée fondamentale qu’il faut vite en un an faire de nos chères têtes blondes des êtres critiques à la pensée rigoureuse l’année de leur majorité.

(more…)

Overload, symptôme de la surconsommation d’un newsjunkie

Posted in ! - Boulchit, ∞ - Toudoto, § - Midia, Ф - Nutek by [ Enikao ] on 10 juin 2010

Ce blog est resté muet longtemps. Enfin, tout est relatif. Disons que par rapport à l’an dernier il est resté anormalement muet pour une durée importante. Il reprend du service sous un angle qui n’était pas tout à fait prévu, à savoir un peu de [3615 MyLife], cette [Katigoriz] que j’ai inventé pour mes gazouillis les plus personnels et les plus nombrilistes. Avec quelque part l’envie de raconter et l’envie d’expurger. Certes, [Enikao] n’est pas resté muet durant tout ce temps. Un long billet qui a mis un peu de temps à accoucher sur les mutations du langage que le clavier et les riches codes du net permet pour Owni, des commentaires ici et là, des gazouillis en nombre comme toujours (avec parfois même… de vrais gazouillis dedans si on tend l’oreille), des rencontres et discussions plus ou moins animées, des spéculations et des réflexions échangées…

Alors pourquoi la panne ? En réalité ce n’est pas une panne textuelle qui fait tourner en rond et ressasser, sans idée neuve. Bien au contraire, et c’est d’ailleurs peut-être pire. Il s’agit d’une sensation d’avoir beaucoup à dire, un trop-plein de petites remarques et de réflexions plus abouties. C’est une impression étrange et persistante d’être comme assailli par des idées, qui pleuvraient à grosses gouttes en me martelant le crâne. Chaque goutte chasse l’impression de la précédente mais contribue à un tapage de fond qui tue à petit feu.

Appelons ça overload, comme on dirait overdose pour de la came.

(more…)