[ Blok Not ] _.oO Kronik|Umeur|Ydés

Concurrence patronymique : duel sur la toile

Posted in ∞ - Toudoto, Ш - Sochol by [ Enikao ] on 23 novembre 2011

La réputation numérique n’est pas qu’un thème à la mode pour les entreprises. Ni même un sujet simplement « à la mode ».

Pour une personne, on parlera de personnal branding : faire de soi une marque, avec l’ensemble des attributs qui lui sont rattachés. On peut mettre dans le lot un logo ou une image représentative (qu’il s’agisse d’une photo flatteuse ou de l’en-tête de son blog, ou d’un avatar), une signature ou un slogan (citation préférée sur le profil Facebook, signature du blog), mais aussi la cohérence des différentes plateformes d’expression (par redondance, ou au contraire en se complétant les unes les autres par leurs spécialités).

Pour affirmer sa présence en ligne et soigner son personnal branding, il faut… produire, beaucoup, souvent, être repris, avoir une audience, engager la conversation, participer à des événements en ligne ou bien physiques. C’est ainsi que l’on se démarque de ses camarades, et surtout de ses homonymes qui sont des compétiteurs naturels dans les moteurs de recherche et sur les espaces numériques.

Or il se trouve que dans mon cas, j’ai un unique adversaire.

Pour des raisons patronymiques complexes, j’ai un homonyme dans le monde, et un seul. Aussi curieux que cela puisse paraître, il est très fortement improbable qu’une autre personne porte un prénom dans une certaine langue, avec une certaine orthographe bien marquée, et un nom pas si courant que cela dans une autre langue, le tout pour deux pays dont l’histoire commune se limite à quelques bribes. Mon homonyme habite sur un autre continent, aussi ne nous somme-nous jamais rencontrés. Et pour notre malheur, nous avons quasiment le même âge. Et quelques traits physiques en commun.Ajoutons, pour parachever le tout, qu’il blogue avec passion, lui aussi.

J’ai eu la surprise d’apprendre son existence en me cherchant dans Facebook, afin de vérifier que me retirer du moteur de recherche me rendait effectivement invisible aux requêtes les plus basiques.

Cette dualité signifie que quand l’un est présent sur un média social, c’est véritablement au détriment de l’autre… et cela peut prêter à confusion quand on cherche des photos.

Notre lien de parenté n’est pas tout à fait clair, plusieurs versions plausibles se faisant concurrence, dans un contexte d’histoire du XXème siècle aussi riche qu’atroce, improbable voire honteuse. Et il ne m’a pas été à ce jour possible de recouper davantage d’informations sur ses origines. Mais notre patronyme est résolument unique par la combinaison du nom et du prénom, d’ailleurs d’orthographe de son prénom demeure pour moi une énigme tant celui-ci semble « déraciné » et exotique tel qu’il est écrit dans le pays où il réside.

Cet homonyme n’a pas de chance, car je prends davantage de place que lui en ligne. Pour des raisons professionnelles, je suis à la fois davantage présent (en volume), plus souvent présent (en tempo), et présent plus largement (en lieux). Et d’ailleurs, nous nous faisons concurrence dans les médias sociaux pour le dépôt de noms : compte Twitter, profil Facebook, Tumblr, LinkedIn, j’en passe et de moins connus. Bien souvent, je suis passé avant lui.

Autant on peut comprendre que la compétition patronymique soit complexe quand on porte un nom extrêmement commun. Des Jacques Martin, des Jacques Legros, il y en a des tonnes. Cela demeure un gros problème, car on multiplie les « chances » d’avoir un homonyme très visible, même s’il s’agit d’une niche : sportif, artiste, entrepreneur, personnalité politique, blogueur… Dans ce cas, il ne reste plus qu’à jetter un peu l’éponge, en se disant qu’on sera toujours contraint à dire quelque chose comme « non, pas le chanteur, l’autre« .

Autant lui, mon homonyme, doit finir par penser que je lui en veux personnellement. Il m’identifie naturellement comme son seul et unique concurrent.

Si l’on se rencontre, me dira-t-il : l’un de nous est de trop ici ?

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Laurent said, on 29 novembre 2011 at 8:44

    Citant Devos, je dirai fais attention si tu le rencontres, car si cet autre est un tueur, il va te demander « ça te dérange si je tutoie ». Et si toi tu lui dis « tu », il va croire que tu l’encourages.

    Avec un peu de fatalisme, je dirai tout de même qu’il vaut mieux se définir comme tu le fais « pas le chanteur, l’autre » que n’exister que comme « le fils de » ou « la fille de »

  2. @CharlVoisin said, on 5 janvier 2012 at 4:12

    Mon double numérique est en noir et blanc, je doute qu’il se retrouve sur les réseaux sociaux. Par contre en terme de célébrité j’ai fort à faire: c’est un aviateur… du temps où les avions ne volaient pas encore! Décidément il est très fort ce Charles Voisin !

    • lisenanteuil said, on 24 février 2012 at 9:26

      En réponse au personal branding, lire la page 98 de Planète com : attraits et dépendances, qui s’intitule le marketing de soi ou personal branding


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :